Cobrette

kòbrèt

Lunette de réalité augmentée adaptée au combat et à l’entraînement

Les cobrettes sont des lunettes qui fournissent des informations virtuelles sur une image réelle.

La réalité augmentée fonctionne quand on a :

  • un écran permettant une zone d’affichage
  • des capteurs vidéos pour filmer l’environnement,
  • un gyroscope électronique qui enregistre les déplacements virtuels
  • une puce GPS pour la géolocalisation
  • une connexion à Internet pour recevoir des informations.
  • une puissance suffisante pour le traitement des données

Dans le domaine militaire, les cobrettes servent à :

  • faciliter l’orientation en fournissant en temps réel un plan d’accès à un lieu précis.
  • détecter et identifier les objets ou des hommes présents sur des lieux d’opérations.
  • donner des ordres d’intervention,
  • renseigner sur les obstacles à surmonter,
  • fournir des informations en temps réels qui facilitent la décision.

Vos propositions

vos Mots connexes

Lynxette : lunettes de réalité virtuelle adaptée à l’entraînement.

vos Synonymes

Prospective du soldatologue

Atouts

Les cobrettes permettent aux soldats d’avoir une image complète d’un champ de bataille ou d’une zone.

Cette visualisation aide à l’élaboration de plans et de stratégies. Ils permettent de transmettre tous changements en temps réel.

Les militaires n’ont souvent qu’une fraction de seconde pour prendre des décisions dans des situations critiques. La réalité augmentée leur permet de prendre en compte d’un maximum d’informations dans un minimum de temps.

Les cobrettes permettent de s’entraîner pour une mission à venir. L’ancien secrétaire à la défense Jim Mattis a déclaré : «  les troupes américaines devaient livrer vingt-cinq batailles sans effusion de sang avant leur premier combat ». Grâce aux cobrettes, ils vont pouvoir atteindre cet objectif.

Leur mission terminée, les soldats peuvent visualiser leurs actions et corriger leurs erreurs

Défis

Avec la réalité augmentée, on peut détecter des vivants (humains et animaux), des objets et les classer, mais aussi les supprimer. La limite de l’exercice doit être bien posée pour éviter les décisions erronées.

L’armée développe cette technologie avec des entreprises comme Microsoft. Des salariés de ces entreprises s’opposent à ces contrats. Il faut donc leur donner l’assurance qu’elles seront utilisées de manière éthique.

Il faut vérifier que le dispositif n’intègre aucune erreur technique même la plus insolite. Par exemple, il ne faut pas que le dispositif fasse croire aux soldats que de minces barrières en contreplaqué servent de protection contre une grenade. 

Indicateurs

La course aux lunettes augmentées est lancée depuis quelques années. Elle s’intensifie.

Toutes les entreprises s’y mettent. Apple vise l’horizon 2022 pour ses premières lunettes connectées.

L’armée affiche une volonté claire de capter l’innovation civile (ici, la réalité augmentée), pour l’adapter à des projets exclusivement militaires.

Cette technologie est déjà utilisée par l’armée. Elle est intégrée dans les viseurs des casques des pilotes de chasse.

Questions ouvertes

Avec les cobrettes, est que les soldats vont faire la différence entre un jeu vidéo et le terrain ? Seront-ils capables de comprendre qu’il y a de véritables êtres humains derrière leurs viseurs 

Que se passera-t-il si le soldat perd la connexion à un moment crucial ?

Trop d’informations ne vont-elles pas tuer, non pas l’information, mais le soldat qui sera gêné par celle-ci dans l’attention à porter à son environnement direct ?

C’est déjà demain

Des casques augmentés pour l’armée

Microsoft a signé un contrat de 480 millions de dollars avec l’armée américaine afin que l’entreprise développe un casque pour ses troupes.

Microsoft fournira dans un premier temps des prototypes basés sur son casque HoloLens. Ils serviront à développer un appareil répondant aux besoins spécifiques de l’Armée. Le système final, baptisé « Integrated Visual Augmentation System » (IVAS), devra être adapté aux usages terrain. Il inclura la vision nocturne, résistera aux températures extrêmes, sera capable de mesurer les signes vitaux des soldats et intégrera une protection auditive.

 

Débriefing casqué

À bord d’un Rafale F4, deux capitaines de l’armée française effectuent des manœuvres de haut niveau en collaboration avec un F-35 américain et deux F-35 de la Royal Air Force.
Quand la mission est terminée, les pilotes vont procéder au débriefing de l’opération. Pour ce faire, ils enfilent un casque de réalité augmentée.
Cette technologie leur permet une immersion complète et une vision claire de la chronologie des événements et des interactions entre les acteurs lors de la mission.
Cette solution nommée SALVe est développée par Thales. La version sur tablette et ordinateur équipe d’ores et déjà de nombreux escadrons de combat.

La furtivité des avions au rapport augmenté

Les ingénieurs de la Direction générale de l’armement (DGA) utilisent des lunettes de réalité augmenter pour visualiser l’état de furtivité d’un avion. Le système présente les zones dégradées qui rendent l’appareil incapable de remplir sa mission.

Ce projet illustre la volonté des armées de « capter l’innovation civile » (ici, la réalité augmentée), pour l’adapter à des projets exclusivement militaires (ici, la furtivité).

Décider en mission périlleuse

Hyoergiant Industries a conçu un casque de réalité augmentée dont l’objectif est de fournir aux soldats et autres intervenants d’urgence les outils nécessaires pour rester en sécurité lors d’interventions en environnement dangereux.
Détectant des objets et les identifiant et en cachant d’autres, le casque propose des informations pertinentes qui aident à la prise de décision dans des moments cruciaux.

Les marines casquées

L’US Navy entraîne ses marines avec de la réalité augmentée. Le système est basé sur le casque Magic Leap One, sorti durant l’été 2018. Il permet de les familiariser avec les expéditions militaires, les opérations antiterroristes, mais également leur enseigner les bases concernant le code de conduite ainsi que la sécurité.
Les marines de l’US Navy s’entraînent avec un casque Magic Leap One et une arme à retour haptique pour une immersion réaliste !

Magic Leap a également développé un logiciel avancé de tracking des armes qui permet aux instructeurs de générer assez facilement des scénarios de simulation.

Le bac à sable d’Airbus

Airbus propose un projet nommé « Holographic Tactical Sandbox ». Il permet à des officiers et au personnel militaire munis d’un casque de voir de cartes en 3D du champ de bataille.

De la réalité augmentée dans une lentille

Mojo Vision a créé des lentilles de contact qui intègrent la réalité augmentée. La première application sera destinée aux personnes malvoyantes. Elle fournit en temps réel une détection des contours des objets. La société prévoit d’ajouter la possibilité de zoomer à ses fonctionnalités d’amélioration de la vision.

Actualités du futur

L’augmenté | Mai 2036

Un serpent à sornettes


 

 Le capitaine Huntong regarde ce qu’ils ont nommé, le château. Grâce à ses cobrettes, il zoome, s’éloigne et une vision panoramique.

Sa décision est prise. Il va ordonner le lâchage d’un essaim de drones qui auront pour but d’éliminer les humains présents dans cette résidence de Larros.

Depuis plus de 6 mois, ils attendent le bon moment pour faire disparaître ce narcotrafiquant commanditaire de plusieurs attentats.

Il lève le bras et s’apprête à donner l’ordre quand Yasmina lui arrache ses cobrettes en hurlant : « Regardez… Ce sont les nôtres ».

Le capitaine Huntong débarrassé de ses lunettes augmentées observe le château. Il voit des collègues sur le balcon qui leur font des signes amicaux. Il comprend que ses cobrettes sont des serpents à sornettes. Elle ont été piratées et qu’il s’apprêtait à lancer des bombes sur ses collègues.

Remis de ses émotions, il a décidé de raconter son histoire afin que cela ne se reproduise plus. Depuis, un cobriste est présent dans chaque unité. Contrairement, aux autres soldats, il ne porte pas de cobrettes. Il utilise des jumelles pour avoir des informations non traitées. Avant chaque décision importante, le chef des opérations doit consulter son cobriste.