Dans le département d’ingénierie électrique de l’université d’état de New York, les équipes du professeur Seokheum Choi, ont mis au point une batterie qui fonctionne grâce à quelques gouttes de salive dans n’importe quel environnement.

Cette biotechnologie permet déjà de recharger des lampes LED, des smartphones et des biocapteurs à usage médical, en attendant de pouvoir alimenter de plus grosses structures.