Un chercheur de l’université de Binghamton (États-Unis) a créé une biobatterie sous la forme d’un tissu extensible qui fonctionne avec la sueur corporelle. Celle-ci pourrait un jour être incorporée dans des vêtements connectés pour les soldats et les sportifs.

Les bactéries contenues dans les sécrétions provoquent une réaction qui fait circuler des électrons et donc génère de l’électricité.